FR
EN FR ES

D’autres manières de montrer son soutien

Next Page
Previous Page
Donnez la bienvenue aux migrants
Donnez la bienvenue aux migrants

Donnez la bienvenue aux migrants

Développez des structures formelles pour aider aux processus d’établissement et d’intégration.

Développez des structures formelles pour aider aux processus d’établissement et d’intégration.

Pour commencer :
Il existe des moyens concrets d’aider les migrants de votre communauté, de la réponse à leurs besoins fondamentaux au parrainage privé d’une famille de migrants.

Quelques conseils pratiques :
Quand les migrants traversent votre communauté ou s’y établissent, ils ont besoin de savoir comment accéder à l’éducation, comment les transports en commun fonctionnent, où chercher du travail et où se trouvent les hôpitaux avec des facilités pour les migrants.

Quels sont les avantages ?
Donner aux migrants un accès facile à cette information essentielle leur montrera à quel point vous leur donnez la bienvenue en leur offrant ce soutien pratique. Il aide aussi à construire des ponts et à promouvoir la culture de la rencontre, lorsque quelqu’un donne à quelqu’un d’autre qui reçoit avec gratitude.

Faites du bénévolat dans un groupe communautaire en interaction avec les nouveaux arrivants.

Faites du bénévolat dans un groupe communautaire en interaction avec les nouveaux arrivants.

Pour commencer :
Si vous désirez faire de votre rencontre avec les migrants une action régulière, le bénévolat est un bon chemin. Il crée des ponts d’accueil et de confiance au lieu de la peur et de la suspicion provoquées par le langage hostile tenu autour de la migration.

Quelques conseils pratiques :
Vos édifices religieux devraient être accueillants, porteurs de signes clairs, de préférence dans les langues des migrants. Apportez un encouragement le plus accueillant possible en invitant les migrants et les membres de groupes ethniques minoritaires à se rendre à des messes spéciales, par exemple pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié durant la Semaine mondiale d’action. Pensez au fait d’animer un centre d’accueil ou un groupe de jeunes enfants.

Quels sont les avantages ?
Si votre communauté n’a pas de groupe de travail avec les nouveaux arrivants, cela pourrait constituer une initiative à succès pour vous. Offrir des séances d’alphabétisation des adultes ou d’initiation à l’informatique sera la preuve de votre accueil.

Invitez un migrant à partager un repas.

Invitez un migrant à partager un repas.

Pour commencer :
Beaucoup de relations peuvent se forgent autour d’un repas, quand un temps précieux ensemble construit des liens et de la compréhension. Vous pouvez demander au centre de migrants le plus proche de chez vous de vous mettre en contact avec des gens, s’il n’y a pas de migrants dans votre communauté.

Quelques conseils pratiques :
Pensez à la façon dont vous allez inviter les nouveaux arrivants. Dans l’idéal, vous et vos invités pourriez préparer un plat chacun, ou cuisiner ensemble et multiplier les anecdotes de la diversité !

Quels sont les avantages ?
Les migrants peuvent se sentir seuls et nostalgiques, alors partager un repas avec eux les aidera à se sentir bienvenus. Cela permettra à la fois à l’hôte et à l’invité d’établir une relation solide.

Prenez la parole en faveur des migrants
Prenez la parole en faveur des migrants

Prenez la parole en faveur des migrants

Utilisez le pouvoir de la prière pour sensibiliser d’autres personnes à l’action.

Utilisez le pouvoir de la prière pour sensibiliser d’autres personnes à l’action.

Pour commencer :
En suivant l’appel du Pape François d’aller dans les périphéries, vous pouvez recueillir des témoignages de personnes qui ont vécu la migration et créer ou mener des groupes de prière ou de méditation.

Quelques conseils pratiques :
Vous pouvez demander la permission à votre paroisse pour créer un groupe de prière ou une équipe de liturgie et faire des recherches sur les encycliques papales, les lettres apostoliques, les réflexions et les ressources pastorales sur les migrants pour vous inspirer. Vous pouvez inviter les migrants à venir prier à la Messe du dimanche.

Quels sont les avantages ?
Jésus a commandé : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » En priant ainsi à la Messe du dimanche, vous raviverez dans les cœurs et les esprits des gens l’idée que cette invitation faite par Jésus incarne un avenir concret et viable. Prêtez une attention particulière à l’écoute des autres.

Créez des forums pour plaider en faveur des droits des migrants.

Créez des forums pour plaider en faveur des droits des migrants.

Pour commencer :
Si votre Organisation Membre Caritas a un programme de plaidoyer, vous pouvez vous y impliquer. S’il n’y en a pas, vous pouvez en lancer un. Vous pouvez analyser les politiques dans la perspective Caritas de la dignité humaine et aspirer à écrire aux membres du corps législatif de votre pays – et à les rencontrer –.

Quelques conseils pratiques :
Vous pouvez monter des espaces où les personnes affectées par les politiques puissent parler, ou organiser des discussions avec les décideurs politiques et les responsables gouvernementaux.

Quels sont les avantages ?
Vous pouvez travailler avec votre Caritas nationale pour plaider directement auprès de votre gouvernement et veiller à ce qu’il participe au processus d’élaboration des Pactes mondiaux sur les migrants et les réfugiés des Nations Unies.

Etablissez un groupe de rédaction de votre profession de foi.

Etablissez un groupe de rédaction de votre profession de foi.

Pour commencer :
Rassemblez un groupe de diverses personnes (responsables religieux, leaders de la jeunesse, migrants) qui ont une expérience personnelle à partager. Ecoutez ce qui s’y dit au sujet de la migration et de ses effets et faites une liste des besoins des personnes de votre communauté et des migrants. Utilisez les Ecritures et la doctrine sociale catholique comme source d’inspiration et rédigez une profession de foi.

Quelques conseils pratiques :
Enrichissez toute profession de foi existante des observations de votre groupe. Invitez la Conférence épiscopale de votre pays à en écrire une. Cette perspective pourrait amener les gens à embrasser et célébrer la diversité et à les informer sur la migration.

Quels sont les avantages ?
La profession de foi se centrera sur la clarification des meilleures façons de faire de la cohésion sociale une réalité.

Favorisez la culture
de la rencontre
Favorisez la culture <br>de la rencontre

Favorisez la culture
de la rencontre

Allez à la rencontre de ceux qui pensent à émigrer ou de ceux qui sont retournés pour créer du changement là où ils vivent.

Allez à la rencontre de ceux qui pensent à émigrer ou de ceux qui sont retournés pour créer du changement là où ils vivent.

Pour commencer :
Ceux qui envisagent d’émigrer et les rapatriés qui ont une expérience directe du voyage peuvent faire entendre leur voix dans la discussion en en soulignant les problèmes et les pièges. L’un des axes pourrait être l’amélioration de la vie dans les communautés rurales. Les rencontres avec des jeunes qui sentent qu’il n’y a rien pour eux dans leur pays ou avec les rapatriés qui n’arrivent pas à trouver de travail pourraient, grâce à l’honnêteté qu’ils apportent, bénéficier à votre campagne.

Quelques conseils pratiques :
Des évènements autour de l’intendance et du soin de notre maison commune peuvent être un très bon point de départ. Il en sera de même pour des actions autour de la sécurité alimentaire. Ces questions touchent chacun de façon très directe. Vous pouvez mettre en place un groupe qui étudie les manières d’aider les communautés à prospérer là où elles vivent à l’heure actuelle et à mener une gestion durable de l’environnement.

Quels sont les avantages ?
Une participation active et de l’enthousiasme, plus des résultats directs. Les politiques nationales sur la propriété et la remise en état des terres dégradées démarrent souvent localement. Vous pouvez apporter un changement à plusieurs niveaux.

Engagez les communautés de diaspora dans le développement et apportez le changement.

Engagez les communautés de diaspora dans le  développement et apportez le changement.

Pour commencer :
Si le travail avec un groupe de diaspora vous attire, identifiez vos partenaires et explorez l’installation de petits commerces à la fois dans le pays d’accueil et dans le pays d’origine. Vous pouvez alors aussi préconiser des accords de commerce équitable. Considérez l’organisation d’évènements autour de la Convention pour les travailleurs migrants.

Quelques conseils pratiques :
Approchez toutes organisations de diaspora existantes avec un accueil particulièrement chaleureux. Expliquez-leur ce qu’est la « culture de la rencontre » et indiquez-leur clairement que vous voulez travailler avec eux en tant que partenaires, de manière inclusive.

Quels sont les avantages ?
Les organisations de diaspora servent de ponts entre les pays d’origine et d’accueil. Certaines d’entre elles ont déjà des structures en place que vous pouvez exploiter de manière fructueuse.

Initiez un projet artistique communautaire.

Initiez un projet artistique communautaire.

Pour commencer :
Vous pouvez mettre en place votre propre projet artistique ou en utiliser un qui existe déjà pour aider à la promotion de la campagne Partager le chemin. Vous pouvez monter une pièce de théâtre, lancer un groupe de musique ou créer une exposition de photographies.

Quelques conseils pratiques :
Mettez les récits au centre de l’activité et utilisez-la pour diriger les conversations vers de nouvelles perspectives et promouvoir la « culture de la rencontre ». L’écriture, les vidéos, les documents audio, les bandes dessinées, les photos et les dessins peuvent s’avérer de puissants outils de partage d’histoires.

Quels sont les avantages ?
Vous pouvez utiliser des activités non basées sur le langage pour aider les gens à s’unir, à trouver du sens à ces évènements et à construire une confiance mutuelle en tant que citoyens créatifs.

Organisez des cours de langue dans votre quartier.

Organisez des cours de langue dans votre quartier.

Pour commencer :
Si vous connaissez des migrants qui ont de faibles connaissances de votre langue et que vous êtes disposé à la leur enseigner, alors cette initiative est faite pour vous. Vous pouvez démarrer des cours volontaires de langue qui s’avéreront des espaces importants pour établir une participation sociale et promouvoir la « culture de la rencontre ».

Quelques conseils pratiques :
Enseigner aux migrants la langue de votre pays ne requiert pas forcément de compétences spécifiques, sauf la volonté d’aider et un sourire. Cela peut être vraiment convivial. Vous pouvez sélectionner des évènements ou des récits locaux pour vos plans de cours tout en créant un sentiment commun d’appartenance. Une foire locale qui va bientôt se tenir peut vous inspirer un cours d’expression orale. L’ouverture d’un nouveau magasin peut encore constituer la base d’un cours d’expression écrite.

Quels sont les avantages ?
Etre incapable de communiquer dans la langue locale est une barrière énorme pour l’inclusion sociale en termes d’interaction et également pour trouver du travail. Si vous faites vos cours dans une propriété de la paroisse locale et que vous recrutez le plus de professeurs bénévoles et d’étudiants migrants possible, vous verrez combien la « culture de la rencontre » se diffuse de manière exponentielle !

Créez des « bibliothèques humaines » et des « livres vivants ».

Créez des « bibliothèques humaines » et des « livres vivants ».

Pour commencer :
Une « bibliothèque humaine » est une manière merveilleuse de connecter avec les migrants et les réfugiés en tant que « livres vivants » qui racontent leur histoire. Vous pouvez contacter des agences locales qui travaillent avec les migrants et leur demander si elles sont disposées à participer. Si le langage s’avère une barrière, vous pouvez utiliser des images pour raconter une histoire ou trouver un interprète.

Quelques conseils pratiques :
Les migrants peuvent partager des récits inspirants, des idées ou des photos de leur vie qui remueront l’imagination et les émotions des gens. Les journées spéciales de « livres vivants » défient la stigmatisation et la discrimination.

Quels sont les avantages ?
Les réfugiés et les migrants peuvent créer des images nettes de leur voyage migratoire et quitter leur auditoire avec l’impression qu’il perdurera longtemps après sa fin. La « culture de la rencontre » tirera d’énormes profits d’un rassemblement de gens qui discutent et écoutent les différentes expériences humaines.

Rassemblez des migrants et la jeunesse locale pour faire entendre leurs voix.

Rassemblez des migrants et la jeunesse locale pour faire entendre leurs voix.

Pour commencer :
L’usage des réseaux sociaux par les jeunes migrants afin de mobiliser les gens et leur faire connaître leurs points de vue peut jouer un rôle vital dans les débats sur la politique migratoire nationale. Il peut aussi les réunir avec la jeunesse locale. Vous pouvez les encourager à partager leurs expériences et les défis surmontés. Ils peuvent apporter une contribution dynamique à la construction de sociétés inclusives et pacifiques en aidant à organiser des discussions et des débats en groupes dans les écoles, les collèges et les lycées.

Quelques conseils pratiques :
Pour exploiter l’assimilation des jeunes des nouvelles technologies et des médias, vous pouvez les inviter à partager leur expérience de la migration en utilisant des outils de partage de photos en ligne. Vous pouvez les aider à étendre leurs compétences à l’organisation en ligne et à la prise de parole en public.

Quels sont les avantages ?
Si vous prenez en compte les jeunes à toutes les étapes de l’activité, celle-ci sera plus efficace et plus intéressante. Peut-être pouvez-vous tirer parti d’autres activités et éviter d’avoir à créer des évènements chaque fois distincts pour les jeunes. Leur implication est essentielle. Veuillez vous rappeler que vous devez répondre à toutes les exigences légales pour travailler avec de jeunes gens.

À la rencontre de l’autre : montrez votre soutien envers les migrants

Participez maintenant